En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ils permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.

Les origines du whisky ( partie IV )

En 1885, le premier pays a imposé un délai de vieillissement de deux ans avant la commercialisation du whisky est le Canada.

Les producteurs ont alors un délai de 5 ans pour se mettre en règle.

Il est à noter qu'en 2017 l'appellation "scotch whisky" ne peut être obtenu que pour un whisky réalisé en Ecosse et doit répondre à certaines exigences:

Il est réalisé à partir de 3 ingrédients, de l'eau de source, de l'orge et des levures. Il doit être vieilli en Ecosse pendant un minimum de trois années dans des fûts de chêne d'une capacité de moins de 700 litres ( pas plus de 1000 bouteilles avec un fût ). L'âge indiqué sur l'étiquette est le temps minimum que le whisky aura vieilli en fût et le whisky doit être mis en bouteille à au moins 40% d'alcool en volume.

La fin de la polémique sur la définition du whisky date de 1909:

En juin 1909, un arrêt au Royaume-uni déclare qu'un whisky peut être distillée à partir d'orge maltée mais aussi de grains entiers comme le maïs ou le blé.

Le 20 janvier 1920 à 12h01 entre en vigueur la prohibition sur tout le territoire américain. Elle prendra fin le 5 décembre 1933, ayant eu pour finalité de ruiner l'industrie américaine des spiritueux. En revanche, les sociétés canadiennes en ont profitées pour se développer.

En 1997, c'est la distillerie Warenghem qui lance le premier single malt brassé, fermenté, vieilli et embouteillé en France.

En 2015, on recense plus de 1000 distilleries de whisky dans le monde ( 40 sont basées en France ).

En 2000, on comptait moins de 200 distilleries de whisky en activité dans le monde.

La France est aussi la première consommatrice de whisky au monde, devant les Américains ou les Ecossais.

Commentaires

Laisser un commentaire